Posture professionnelle adultes – enfants

Il y a plusieurs manière de poser le cadre, de gérer les réactions des enfants et de les mettre en action. Le positionnement et les outils que je vous propose vont vous apporter en tant que professionnels et vont aussi être bénéfiques pour les enfants/ados auprès de qui vous travaillez.

Objectifs généraux pour les professionnels

  • Éclairer vos pratiques : prendre conscience de votre positionnement face à l’enfant/ado et face à la règle,
  • Apporter des connaissances nouvelles sur leurs besoins et les vôtres en tant que professionnel,
  • Apporter des techniques de communication réalistes et efficaces,
  • Apprendre à résoudre pacifiquement les conflits,
  • Apprendre à réagir de façon constructive aux préoccupations des enfants /ados,
  • S’appuyer sur ce qu’il y a de meilleur en chacun des enfants : leur curiosité, leur intelligence, leur esprit d’initiative, leur sens des responsabilités, , leur sens de l’humour et leur capacité à être sensible aux autres,
  • Vivre son métier plus sereinement.

Objectifs spécifiques

Objectif 1 : Accueillir les émotions pour permettre d'être disponible dans les apprentissages

dialogue 1
Dialogue 2

Les émotions sont au service de la construction de l’identité de l’enfant. Chacune d’entres elles a une fonction et donne une information sur nos besoins    au moment où nous ressentons l’émotion. “J’ai peur d’un danger, j’ai besoin de me protéger”

Non exprimées, non accueillies, elles empêchent l’accès au néocortex, cerveau du raisonnement, de la réflexion et de la logique. C’est alors le cerveau limbique qui est au commande : le cerveau des émotions. Il « gère » l’émotion mais peut difficilement faire autre chose en même temps.  Dans ce cas de figure, l’enfant ou l’ado peut avoir des difficultés à centrer son attention en étant « dans la lune ». Il peut aussi être agité, faire preuve de violence, dans l’impossibilité de raisonner :adopter une attitude d’élève pour le plus grand ou explorer son monde pour le plus petit.

J’accueille les émotions et sentiments des
enfants avec qui je travaille.
Ainsi, je préserve leur désir d’apprendre et je
leur permets d’être complètement disponibles
pour les apprentissages scolaires ou
extra-scolaires.

Objectif 2 : Installer la coopération dans le lieu de vie de l'enfant

dialogue 3
dialogue 4

Au sein d’un groupe d’enfants, chacun est unique et a ses besoins propres (prendre son temps, bouger, s’amuser, parler, apprendre, assouvir sa curiosité… ) Vous, professionnels avez les vôtres, qui sont certainement encore différents (être dans le calme, être écoutée, avoir le temps d’organiser les apprentissages, être en forme … )

Dans cette situation, que mettre en place ?

Mettre tous ces besoins en compétitions – au risque de s’épuiser et de voir les besoins les plus importants de chacun non assouvis – ou la coopération des besoins – qui permet à chacun d’être respecté ?

Accompagner les enfants pour leur permettre
d’identifier leurs besoins ; identifier les
vôtres sont les pré-requis pour installer une
véritable coopération au sein du groupe.

Objectif 3 : Poser un cadre ferme, bienveillant et responsabilisant

dialogue 5

Punir suppose un contrôle extérieur qui se donne pour mission d’intervenir à chaque fois que la ligne blanche est franchie. Mais qu’en est-il alors en absence de ce tiers contrôleur ?

Et si le contrôleur était l’enfant lui-même ?

Chaque enfant a la capacité de faire des choix et d’en assumer les conséquences. C’est un processus intérieur très important qui va lui permettre de se maîtriser et d’adapter son comportement. L’adulte reste présent pour lui faire vivre les conséquences naturelles de ses actes, mais la première personne qui a un pouvoir de changement est l’enfant lui-même.

Je pose un cadre ferme et bienveillant.
Chaque enfant est respecté et prend
la responsabilité de ses actes.

Objectif 4 : Accroître l'autonomie de chacun

dialogue 8
dialogue 9

Notre société demande de plus en plus à aux enfants d’être autonomes. Mais ça veut dire quoi ? Et est-ce que ça se travaille ?

Accompagner l’enfant sur le chemin de l’autonomie est possible dès le plus jeune âge. Il fait donc des choses seul et plus important encore, il apprend à se connaître et à penser par lui-même. Ces nouvelles compétences apportent à l’enfant joie et fierté, des ingrédients importants pour renforcer l’estime de soi.

Je construis un environnement permettant à chaque
enfant d’être autonome dans sa pensée et
dans ses actes.
Son sentiment de fierté grandit.

Objectif 5 : Renforcer l'estime de soi des enfants

Dialogue 10
dialogue 11

Le tout petit construit son estime de soi d’abord sur le regard de ses proches ( les parents) puis plus tard la nourrice, les enseignants, les animateurs … Il est totalement dépendant de la « nature » de ce regard. Bienveillant et positif, l’enfant est sécurisé et a confiance en l’avenir et en ses capacités.
Depuis quelques années, notre société a réduit considérablement les lieux dans lesquels les enfants pouvaient renforcer leur estime des soi. Et ce lieu est quasiment unique aujourd’hui : l’école. Même si il est bon de dire que des compétences artistique ou sportives sont très importantes, la croyance que la véritable intelligence se limite au français et aux mathématiques est encore bien présente.

Alors comment faire pour ces enfants moins adaptés au système scolaire ?

Comment préserver et même renforcer l’estime de soi de tous les enfants, petits et grands ?

Au vu de cette situation, l’adulte a un rôle prépondérant. Son accompagnement et son regard vont être décisifs.

Chaque enfant est unique. Je les aide à prendre
conscience de leurs talents, compétences, qualités.
Je leur permets de s’affirmer et
d’être fier de qui ils sont.

Objectif 6 : Libérer les enfants d'un rôle dans lequel ils se sont enfermés

dialogue 12
dialogue 13

A la naissance, nous possédons tous des traits qui définissent notre rapport au monde mais ils ne sont pas immuables. Si ces traits sont jugés, ils s’enracinent et deviennent notre « fichu caractère ». Respectés, ils évoluent au cours de la vie et nous rendent notre liberté d’être celui que nous désirons être.

Je prends conscience du rôle dans lequel un enfant
est enfermé.
Je lui donne la possibilité d’être celui
qu’il désire être.